Imprimer Retour à la liste

Améliorer sa productivité pour rester compétitif et se maintenir sur les marchés internationaux

11 novembre 2002  — 

Améliorer sa productivité pour rester compétitif et se maintenir sur les marchés internationaux

Il ne fait aucun doute que les exportations jouent un rôle prépondérant sur la croissance économique du Québec et sur notre niveau de vie.

La longue descente du dollar canadien a certainement contribué à rendre nos produits compétitifs sur les marchés internationaux, tout particulièrement aux États-Unis. Mais cela a aussi agi «comme un puissant somnifère sur les exportateurs et comme un frein à l'importation d'équipements de pointe pour l'ensemble du secteur manufacturier», selon monsieur Serge Guérin, p.-d. g. du Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ).(1)

Cette situation a fait en sorte que les PME n'ont pas suffisamment investi pour résorber l'écart de productivité avec les États-Unis, leur principal marché d'exportation, qui se situerait toujours à 20%, selon une étude récente.(2)

Un enjeu d'actualité

Comme l'affirme Monsieur Serge Guérin: « si, jusqu'à maintenant, les entreprises manufacturières québécoises ont réussi à maintenir un niveau concurrentiel acceptable, en raison notamment d'un taux de change favorable, d'une abondance de ressources naturelles qui leur facilitait la tâche et d'un leadership vigoureux, cela ne suffit plus dans le contexte actuel de mondialisation des marchés.»(3)

Si l'entreprise exportatrice n'investit pas dans l'amélioration de sa productivité, les avantages comparatifs obtenus grâce à la faiblesse du dollar canadien peuvent être annulés par l'accroissement de la productivité de sa compétition. De plus, l'exemple de l'imposition de droits compensatoires de 30% sur le bois de construction par les États-Unis, démontre à quel point l'avantage
d'un taux de change favorable peut être facilement perdu!

Des initiatives locales dans les Laurentides

Nos élus ont bien saisi l'importance de cet enjeu et ont mis en place des mesures concrètes et des programmes pour aider les PME à améliorer leur productivité. À ce titre, le 11 avril dernier, madame Lucie Papineau, Ministre déléguée à l'industrie et au commerce et députée de Prévost, résumait très clairement l'enjeu pour nos entreprises exportatrices et l'engagement souhaité des intervenants économiques par le gouvernement : «Nos exportations internationales qui sont générées, pour l'essentiel, par le secteur manufacturier, sont encore trop tributaires de la faiblesse de la devise canadienne. Nous devons agir et faire en sorte que les dirigeants, les travailleurs et les intervenants économiques redoublent d'ardeur dans la recherche de moyens pour accroître la capacité innovatrice des entreprises et augmenter leur productivité. Il s'agit là d'une condition essentielle pour maintenir à long terme la position concurrentielle du Québec sur les marchés et assurer notre croissance économique.»(4)

L'amélioration de la productivité par la formation

Depuis le mois d'octobre, l'Association des professionnels en développement économique des Laurentides (APDEL) parraine localement le programme Tremplin formation-productivité, une initiative des Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) qui vise à améliorer la productivité des entreprises par le renforcement des compétences des employés. En effet, un premier gain significatif de productivité, de l'ordre de 30% selon les estimations des MEQ, peut être atteint en formant adéquatement ses employés.

Grâce à un diagnostic sur les activités de production réalisé par un ingénieur industriel, l'entrepreneur sera en mesure d'identifier celles dont le potentiel d'amélioration de la productivité est le plus élevé, à travers la formation des employés. Par la suite, un spécialiste des ressources humaines recommandera les meilleures formations disponibles. De plus, un employé sera formé à la mesure de la valeur ajoutée et sera capable de mesurer les progrès de productivité pendant et après le tremplin ! Les centres locaux de développement (CLD) sont la porte d'entrée pour bénéficier de ce programme dans les Laurentides.

L'amélioration de la productivité des entreprises exportatrices des Laurentides est un enjeu fondamental pour assurer la croissance économique de notre région et maintenir la position concurrentielle de nos entreprises exportatrices sur les marchés internationaux. Il faut agir dès maintenant.

Ariel Retamal
Commissaire à l'exportation
Région des Laurentides

(1) Serge Guérin, «Alerte à la productivité», La Presse, 7 décembre 2001.
(2) Pierre Fortin, Adrew Sharpe et Peter Spiro, «Productivité: des surprises», La Presse, 24 octobre 2002.
(3) Serge Guérin, «Alerte à la productivité», La Presse, 7 décembre 2001.
(4) Allocution dans le cadre du 14e colloque annuel du Mouvement québécois sur la qualité, 11 avril 2002