Imprimer Retour à la liste

Saviez-vous que NE PAS exporter, c’est plus risqué qu’exporter?

8 décembre 2014  — 

Saviez-vous que NE PAS exporter, c’est plus risqué qu’exporter?

Un article d'EDC

Pour consulter l'article complet, cliquez ici

 

 

Pour les entreprises canadiennes d’aujourd’hui, l’exportation peut effectivement diminuer le risque. On croirait que ce fait est très connu – apparemment non.

 

Un récent rapport publié par Deloitte, L’avenir de la productivité – Exportation avisée pour les entreprises canadiennes, indique que l’exportation améliore le rendement des entreprises et réduit leur risque global. Mais selon Bill Currie, vice-président, Deloitte Canada, il est encore difficile de convaincre de nombreuses compagnies canadiennes de cette réalité.

« Il y en a beaucoup pour qui vendre à l’étranger est une affaire risquée, dit M. Currie. Or, c’est tout le contraire, car l’exportation peut vraiment diminuer le risque d’entreprise », précise-t-il.

 

En fait, des études révèlent que les exportateurs sont plus productifs, qu’ils enregistrent des revenus par employé plus élevés et que leurs rendements sur trois ans sont le triple de ceux des non-exportateurs. Le triple! De plus, les entreprises exportatrices ont des taux de sortie du marché moins élevés et, à l’échelle mondiale, ont tendance à survivre plus longtemps que les entreprises non exportatrices.

 

Alors, pourquoi seulement 4 % des entreprises canadiennes songent à s’implanter sur les marchés internationaux aujourd’hui?

 

À cause d’une culture d’aversion au risque. « C’est une attitude typiquement canadienne. », explique M. Currie.

 

« Il y a manifestement une cohorte d’entreprises canadiennes qui sont disposées à courir un risque. Celles-ci investissent dans les technologies et la R.-D, elles exportent, elles innovent et elles misent sur leur croissance à l’international. Surtout, elles sont enclines à risquer des difficultés financières – même la possibilité d’échec de l’entreprise – afin de saisir d’importantes occasions de croissance. Et il y a l’autre cohorte – plus hostile au risque – qui fait baisser la productivité du Canada », ajoute-t-il.

 

Côté productivité, le Canada se classe actuellement au 13e rang parmi 16 pays pairs, classement peu reluisant pour une économie qui dépend du commerce. Bref, il va sans dire que notre pays requiert davantage d’exportateurs.

 

[...]

 

Pour consulter l'article complet, cliquez ici